Print this page

Douala: La pluie impose les "Tchakèlè Water"

Depuis  environ un mois,  les  pluies   détournent toutes les autres marques de chaussures. Ballerines, bottine, pieds-nu, au profit des  chaussures en plastiques

«Tchakèlè Water»,  c'est le nom attribué aux chaussures en plastique. De plus en plus  sollicitées par la gent féminine,  cette  dernière  ne manque pas de les porter, pour vaquer à  ses occupations journalières sous la pluie ou sous le soleil.

Selon certaines personnes rencontrées dans la ville de Douala, cette  nouvelle mode permet d’affronter toutes les intempéries imposées par les pluies  «  La saison de pluie ne prévient. Lorsqu’on part de la maison pour son lieu de service, on est surpris  en cours de  route par la pluie. Et là, si on prend le risque de porter par exemple sa chaussure en cuir, elle se foire sur le champ. Je préfère, durant cette saison m’adapter aux chaussures en plastique   », soutient   Nicolassa.  Pour d’autres, c’est une chaussure pratique. «C’est aussi une chaussure qui est facile à entretenir. Il suffit juste après chaque utilisation, de  la laver avec de l’eau et du savon, mais  surtout la maintenir loin de toute source de chaleur». 

En effet, cette  chaussure Légère, avec talon, est malgré sa cherté est prisée par les femmes. C’est l'occasion pour les commerçants de faire de bonnes affaires. Dans les marchés, les clients se font plus nombreux et les prix ont connu une hausse qui varie d’un vendeur à un autre. Certains des commerçants qui vendent habituellement des sacs à main, se sont convertis en commerçant de  chaussure en plastique «Depuis quelques semaines, je suis fier de mes  recettes car, le prix de vente a totalement augmenté. Je vends  par semaine, au moins 20 chaussures. Or, je me suis rendu compte qu’en  vendant uniquement ma marchandise habituelle, je passe des jours  à me ronger des ongles, parce qu’il n’y a même pas l’ombre d’un client. J’ai donc choisi faire aussi dans la vente des chaussures en plastique», se réjouit un vendeur rencontré au marché central. 

Ces chaussures  s’achètent   à partir de  5000Fcfa, voire 7000Fcfa, selon le lieu «  Dans ma boutique je vends cette chaussure à 7500Fcfa, et  la demande est forte. C’est une chaussure qui a du style», raconte  Jean, propriétaire d’une boutique à Akwa. Toute chose qu’approuvent certaines clientes. «Je suis très satisfaite de mon achat car l'article est de très bonne qualité et correspond parfaitement à mon gout. Je ne regrette pas du prix» dit  Solange, cliente se tenant devant  le comptoir de chaussure en plastique. Il y en a pour  toutes les couleurs. «J’ai choisi la couleur rouge, parce qu’elle ressort mon teint. Je m’étais jurée de ne jamais les porter et pourtant ces chaussures sont confortables et donnent un petit style assez intéressant», dit  Nadège Soppi, consommatrice du produit.

Son design est devenu  pour certaines, intemporel «Cette coupe est très jolie, puisqu’elle est durable, je vais continuer de la mettre, même après la saison des pluiesElle nous habille de nouvelles couleurs en fonction des tendances. Avec n’importe quelles tenues, culottes, robes, pantalon», renchérit Hortense  Fanyep. 

Amélie Dita, Stg.

 

 

 

 

Rate this item
(0 votes)